Quel est le rôle du comité de médiation ?

• accueillir la demande écrite et vérifier si une médiation est appropriée.

• prendre contact si nécessaire avec les autres personnes parties au conflit.

• contacter le comité des sages.

• assurer un suivi si les parties le désirent . si la médiation n’est pas appropriée ou si elle n’aboutit pas, proposer un service adéquat (médiation familiale, conseil conjugal, service de protection de la jeunesse, prud’hommes, inspection du travail, centre communal d’action sociale, etc…) ou suggérer des lieux pour se renseigner sur le droit (syndicat, permanence juridique, association de défense des locataires ou des consommateurs, etc…)

Comment demander une médiation ?


Toute personne en conflit peut prendre contact avec le comité de médiation. Un intermédiaire (parent, voisin, assistant social, police, justice, etc..) peut s’informer puis proposer aux personnes directement concernées de prendre contact avec le comité de médiation.

Contacts :
Claude VAN LIERDE
Maire adjoint chargé des Comités de Médiation
Tél : 03.44.62.42.02

Jean-Yves PERIĒ
Comité des Sages
Tél : 06.86.55.58.06

[ Cliquez ici pour nous contacter ]
 
Comment se passe une séance de médiation?

La séance se déroule dans un lieu convenu avec les parties. Elle réunit les parties au conflit. Si cela s’avère opportun, les membres du comité de médiation peuvent aussi travailler avec les parties séparément.
 
La médiation de voisinage de Chantilly

Parfois nous décrirons notre activité comme un engagement citoyen : nous nous mettrons à votre disposition, nous donnerons bénévolement de notre temps aux personnes qui vivent une situation conflictuelle.

Les conflits traités sont presque exclusivement des problèmes de voisinage : bruits, dégradations, insultes, salissures.

Dans un premier temps, nous écouterons la première partie (la partie « A »). Bien souvent cette écoute suffit, la personne voit les choses d’un autre œil, elle prendra contact directement avec les voisins concernés, ou encore elle prend conscience de sa propre attitude. Si la partie « A » désire une médiation, nous contacterons la partie « B » et referons la même écoute avec elle. Si les deux parties sont partantes, nous organiserons une médiation dans un lieu neutre.

D’autre part, il y a bien des situations que nous ne pourrons pas traiter. Quand la partie « B » n’est pas clairement identifiable ou ne peut pas être représentée, quand l’une ou l’autre partie n’accepte pas le processus de médiation (renoncer aux plaintes, faire le cessez-le-feu, se trouver face-à-face) ou n’est pas suffisamment indépendante pour négocier (âge, problèmes psychologiques, d’alcoolisme ou de drogue).